Musique

Plácido Domingo

Plácido Domingo

Biographie

Bien plus que « seulement » l'un des Trois ténors de légende, Plácido Domingo est un phénomène artistique, social et humain. En plus d'être un extraordinaire ténor (libre à chacun d'aimer ou pas sa voix et son style : la superbe qualité est indiscutable), c'est également un très efficace directeur d'opéra, un chef d'orchestre tout à fait raisonnable et qui connaît ses limites, un solide pianiste accompagnateur dans sa jeunesse, un découvreur de talents doué d'un flair exceptionnel, un ambassadeur de bonne volonté artistique d'une immense générosité, un artiste de « crossover » d'une grande finesse, et plus récemment un baryton parfaitement réussi ! Et que l'on ne s'imagine surtout pas ces qualités « secondaires » ont éclos le jour où Domingo aurait senti sa voix décliner : dès la quarantaine, après déjà une quinzaine d'années au firmament de la planète lyrique, et toujours en pleine possession de ses plus somptueux moyens vocaux, il s'est lancé dans une coopération artistique avec l'Opéra de Washington puis celui de Los Angeles, mettant à disposition de ces deux institutions son fabuleux carnet d'adresses, son art de la relation humaine, son superbe don de « passeur » de musique et d'enthousiasme, de sorte qu'il a réussi à les hisser au rang international en quelques saisons, sans pour autant s'en servir d'écrin à sa propre vanité - qualité rare alors que tant de chanteurs, metteurs en scène ou chefs d'orchestres devenus directeurs d'opéras usurpent de leur position pour asseoir leur vanité exclusive. Doué d'une inépuisable générosité naturelle (et discrète, il ne s'agit pas de viles Relations publiques), d'une capacité au travail carrément surhumaine, Domingo s'investit pleinement dans tout ce qu'il touche. D'aucuns l'ont accuser de s'éparpiller, d'accaparer. il suffit d'avoir côtoyé le personnage pour savoir qu'il n'en est rien, et que son don d'artiste-manager-organisateur lui permet de tout aborder avec égal bonheur, dans une modestie qui n'a rien de feint ni d'artificiel, et avec une énergie remarquable pour un homme qui a quand même dépassé les soixante-dix ans.On en oublierait presque sa biographie. mais tout est disponible partout ! Pour mémoire, donc : né en 1941 en Espagne, Domingo se lance très jeune dans le monde musical - au Mexique où ses parents se sont installés - d'abord dans le monde de la zarzuela, de la comédie musicale, dans le rock et le théâtre même, et comme pianiste de ballet. A dix-huit ans, il auditionne à l'Opéra de Mexico. comme baryton. C'est le début de son éblouissante carrière. de ténor. A peine deux ans plus tard, l'Opéra de Dallas lui propose déjà ses premiers grands rôles, puis c'est l'Opéra national d'Israël qui le contracte pour quelques saisons. A 24 ans, fort d'une solide expérience de troupe, il entre sur scène à New York, suivi de Londres, Chicago, Vienne, Paris et les autres. Son répertoire s'oriente principalement vers les rôles italiens, mais bientôt il sait se diversifier pour aborder l'opéra français, allemand ou russe. Dès 1973, il commence à diriger, et en 1986 il coiffe la casquette de directeur d'opéra. Depuis quelques années, conscient qu'il ne peut plus chanter Cavaradossi sans faire un peu hors-d'âge, il s'oriente vers les rôles plus patriarcaux habituellement confiés aux barytons - la boucle est quasiment bouclée, puisque c'est dans cette catégorie qu'il avait fait ses premières tentatives lyriques à Mexico !