Musique

Iam

Iam

Biographie

Lorsque le rap français explose au grand jour à l’aube des années 90, il est comme bicéphale, emmené par deux entités majeures : les Franciliens de Suprême NTM et les Marseillais d’IAM. Derrière ces trois lettres se cache en fait un collectif composé notamment d'Akhenaton (Philippe Fragione), Shurik'n (Geoffroy Mussard), Kheops (Éric Mazel), Imhotep (Pascal Perez) et Kephren (François Mendy). Chacun commencera à poser ses mots et ses sons dès le milieu des années 80 mais c’est en 1989 qu’IAM prend vraiment forme et impose son nom avec la cassette Concept. Un premier maxi (Red, black and green) suivi d’un premier album (… de la planète Mars) en 1991 finissent de positionner la formation marseillaise sur le devant de l’échiquier rap. Dès ces débuts, le son IAM est là. Samples funky, références multiples à l’Egypte ancienne, spiritualité mais aussi tchatche unique de ses deux MC phares (Akhenaton et Shurik'n), chaque album comme chaque concert sera traité avec le même sérieux, le même travail soigné et dense. En 1993, Ombre est lumière et son single Je danse le mia propulse IAM vers les sommets. Deux ans plus tard, Akhenaton sort son premier album solo Métèque et mat). En 1997, l’album L'École du micro d'argent décroche deux récompenses aux Victoires de la Musique et devient disque d'or en seulement deux jours, se vendant au total à plus d'un million et demi d'exemplaires ! Un succès qui ne monte guère à la tête des Marseillais qui enchainent sur leurs carrières solos respectives avec notamment Où je vis de Shurik'n en 1998, ou encore L'Palais de justice de Freeman en 1999. De son côté, Akhenaton enchainera trois opus solos : Sol Invictus (2001), Black album (2002) et Soldats de Fortune (2006). Dans ses albums suivants, le groupes peaufinera son style (Revoir un printemps, Saison 5, Arts Martiens et ...IAM) sans jamais perdre sa grosse base de fans et en touchant même les jeunes générations…