Musique

Frederica von Stade

Frederica von Stade

Biographie

De Mozart à Bernstein, de Mahler aux créations les plus contemporaines, de l’Italie du bel canto à l’Allemagne du grand répertoire postromantique, du Lied à la mélodie, la mezzo-soprano états-unienne Frederica von Stade est une très éclectique touche-à-tout, véritable Midas vocal : tout ce qu’elle touche se transforme en or. Née en 1945, elle fit ses débuts au Metropolitan de New York en 1970 et l’année suivante elle était déjà Cherubin à l’Opéra de Santa Fe, aux côtés d’une certaine Kiri Te Kanawa qui faisait elle aussi ses grands débuts comme comtesse. Deux stars étaient nées ! Depuis, elle est tout aussi bien Idamante d’Idomeneo, Hänsel de Hänsel und Gretel, Rosina du Barbier de Séville, Octavian dans les Chevalier à la rose, tout en ne négligeant jamais le répertoire français puisqu’elle incarne aussi bien Blanche des Dialogues des Carmélites, Mélisande dans Pelléas et Mélisande que Charlotte de Werther. Si sa catégorie vocale originelle la porte vers le bel canto et les parties virtuoses, elle s’est rapidement ouverte aux répertoires plus dramatiques ; et elle n’en boude pas moins le genre plus inhabituel – du moins pour les mélomanes européens, peut-être plus habitués aux catégories vocales un peu cloisonnées – de la grande comédie musicale états-unienne : Show Boat, The Sound of Music (dont le titre a été affadi en français par La Mélodie du bonheur), ainsi que de grands ouvrages contemporains de Jake Heggie, Dominick Argento ou Richard Danielpour, de grandes stars du monde lyrique nord-américain. Elle a enregistré quelque soixante disques qui représentent un éventail complet de sa destinée vocale et musicale. © SM/Qobuz