Musique

Claudio Arrau

Claudio Arrau

Biographie

La liste des chefs avec lesquels il a joué et enregistré se lit comme le Who’s-Who de la seconde moitié du XXe siècle : Klemperer, Ormandy, Szell, Bernstein, Monteux, Muti, Giulini, Markevitch, Haitink, Kubelik, de Sabata, Kleiber et tant d’autres, tandis qu’il suffit de nommer seulement deux de ses partenaires de musique de chambre – Szigeti et Benjamin Britten – pour situer le personnage : Claudio Arrau (1903-1991) survola la scène planétaire musicale pendant toute son ample carrière, survola également le répertoire le plus étendu qui se puisse imaginer, de Bach à Schönberg (ou même jusqu’à Boulez dont il préparait l’enregistrement de la Troisième Sonate au moment de sa mort), en passant par tout et tout le monde, inutile de commencer la moindre énumération qui ne serait rien d’autre qu’un dictionnaire de la musique… Arrau est très largement représenté au disque, non seulement pour des enregistrements de studio, mais aussi avec d’innombrables captations de concert qui ont donné lieu à de très beaux albums qui font encore et toujours les délices des mélomanes. Son jeu à a fois léonin, réfléchi, jamais « virtuose pour la virtuosité » mais dans lequel l’incontournable virtuosité était exclusivement au service de la partition, sa personnalité discrète et pourtant si puissante, ont fait de lui l’un des monstres sacrés de la scène pianistique dès son succès au Concours de Genève en 1930 (au jury : Rubinstein et Cortot, rien que ça !) jusqu’à ses derniers concerts – il s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-huit ans en pleine tournée européenne. © SM/Qobuz