Musique

Blue Öyster Cult

Blue Öyster Cult

Biographie

Ce n'est pas une perle nacrée qui se cache sous la coquille de cette huître préciseuse, mais plutôt plutôt un son gras, qui transpire à travers les amplis chauffés à blanc. C’est en 1967 que l’embryon du Blue Öster Cult voit le jour à travers les Soft White Underbelly. Le chanteur de l’époque, Les Braunstein quitte la formation et c’est Eric Bloom qui le remplace. A partir de là, le groupe va tourner dans une multitude de petites scènes avant d’être repéré. En 1971, ils changent officiellement de nom pour Blue Öyster Cult suite à une mauvaise critique lors d’une prestation live. Cette fois, la carrière du groupe est définitivement lancée. Le premier album éponyme sort logiquement une année plus tard. En jouant la carte du hard rock, Blue Öyster Cult est une réponse aux groupes anglais qui eux aussi séduisent à l’aide d’un son qui tache. La formation se retrouve à jouer avec Alice Cooper ou encore The Byrds. Le second album, Tyranny and Mutation, sort en 1973 et est considéré comme leur chef-d’œuvre. Machine à titre, l’huître décide de ne pas s’arrêter en si bon chemin : Agents of Fortune avec le hit (Don’t Fear) The Reaper, Secret Treaties  en 1974…Co fondateur, Allen Lanier (guitare et claviers) a permi à Patti Smith d'écrire plusieurs chansons pour BÖC puisqu'il travaillait justement avec cette dernière en parallèle. Ainsi, entre 1972 et 2002, Blue Öyster Cult produit pas moins de 14 albums studio et cinq lives. Malgré certains mouvements des membres au sein du groupe, BÖC a traversé les années en remplissant les salles et en répandant un nombre incalculables de gros titres hard rock durant les années 70. © AR/Qobuz