QUBm - Accueil - Frontpage QUB Musique
Voici les meilleurs albums metal de 2021

Voici les meilleurs albums metal de 2021

Si vous cherchiez encore une preuve du talent d’ici, la voilà!

Christine Fortier

17 décembre à 20h01

Enfin! Nous y voilà!

À noter que l’objectif était aussi de faire la part belle au metal québécois et, mieux encore, ç’a été facile de trouver des albums qui nous ont allumés. Si vous cherchiez encore une preuve du talent d’ici, la voilà!

Sans plus attendre et sans ordre de préférence : 21 choix parce qu’on est en 2021!

Insect — Dichotomous Vibes EP  

Mais où était passé le groupe montréalais deathcore black? C’est peut-être ce qui explique pourquoi ses premières compositions depuis Domesticated by (the) Disease (2007) sont aussi grinçantes et explosives! 

Intonate —Severed Within  

À l’intérieur de l’univers metal, il arrive encore qu’un mélange de styles devienne un courant musical marquant. C’est le cas du death metal technique et progressif qui met en évidence dextérité et lourdeur. La formation montréalaise y ajoute une touche de doom et de black qui vaut le détour.

Rise for Redemption – Fear  

On écoute le premier disque du duo de Montréal on a l’impression de retourner à l’époque où des noms tels qu’Agnostic Front, Earth Crisis, Snapcase et Hatebreed dominaient la scène hardcore. Un crossover hardcore metalcore qui donne le goût de brandir le poing.

Master Spy —The Train  

La ressemblance est tellement frappante qu’on se permet de les qualifier d’Iron Maiden de Québec. Même les textes qui racontent des aventures policières, d’espionnage et de science-fiction s’inscrivent dans la mouvance de la troupe britannique. Pas super original, mais efficace.

Basterds – A Place to Call Hell  

Les musiciens de Drummondville mettent à profit le côté mélodique du metalcore et les breakdowns du deathcore pour garder les choses intéressantes tout au long de leur premier album.

Maudiir – La part du diable EP  

Le nom du projet solo montréalais et la pochette du EP suggèrent un black metal fielleux, mais on se retrouve avec une combinaison de black metal mélodique et de thrash engageant. 

First Fragment — Gloire Éternelle  

Malgré les changements de musiciens survenus depuis la parution de Dasein en 2016, le groupe de Longueuil garde le cap. Du death metal technique avec des touches de flamenco, de jazz et de funk. Gloire Éternelle est un exercice de virtuosité intimidant, mais satisfaisant.

Burning The Oppressor – Damnation  

Confidence: le groupe de Montréal m’avait envoyé l’album en 2019 alors qu’il magasinait une compagnie de disques. Deux ans plus tard, il est toujours aussi bon. Un juste équilibre entre deathcore et death metal mélodique. 

The Agonist – Days Before the World Wept  

Le metalcore se distingue par l’alternance entre la voix chantée et gutturale. La musique aura beau être bonne, si le ou la vocaliste peine à tenir la note, c’est non. Ce n’est pas le cas de la chanteuse-pianiste Vicky Psarakis! Sa versatilité, ses transitions nuancées et justes font d’elle l’arme secrète du groupe montréalais.

Hatalom — Occhiolism  

Le quintette de Québec fait death metal technique et progressif avec des influences deathcore et black metal qui donnent plus de relief et de mordant aux mélodies. Les arrangements de piano apportent la petite touche qui fait que l’album se démarque.

Hands of Despair – The Crimson Boughs and Other Short Tales  

Étant donné que le 3e disque de la formation montréalaise, Well of the Disquieted (2018) m’avait déçu, c’est presque un soulagement d’aimer autant leur petit nouveau. L’équilibre parfait entre puissance et harmonie.  

War Call – Dead End Pt. 1 et Pt. 2  

Quoi de mieux que du thrash qui met de bonne humeur? C’est ce qu’offre le quatuor montréalais.

Nova Spei — Sequentis  

Du metal progressif avec des accents djent, des textes en français qui font réfléchir, une combinaison gagnante qui vient de Trois-Rivières. 

Depths of Hatred – Inheritance  

Un retour en force pour le quintette de Montréal qui incorpore encore plus de mélodies à son deathcore. Un choix qui lui va à ravir.

Werewolves - What A Time to be Alive  

Le groupe australien comprend des membres de Psycroptic, The Bezerker et The Antichrist Imperium (un pedigree qui retient l’attention d’emblée) et son death metal grind est délicieux.

Yautja —The Lurch  

Fans de Converge, Thou, Pig Destroyer, Primitive Man et Inter Arma, ceci est pour vous. Ce n’est que le 1er disque du trio de Nashville, alors ça promet pour la suite.

LLNN – Unmaker  

Il y a des albums qu’on n’attendait pas et qui captive dès les premières notes. C’est le cas du 3e disque du groupe danois. C’est du post-hardcore expérimental avec du noise, du sludge et du doom. Matt McGachy de Cryptopsy chante sur Desecrator.

Wormwood – Arkivet  

En l’espace de trois albums, les Suédois sont devenus des incontournables du black metal mélodique. 

Cult of Luna - The Raging River EP  

C’est un plaisir de retrouver les musiciens suédois en si grande forme. Le titre, la rivière déchaînée, décrit à la perfection le déferlement sludge atmosphérique et post-hardcore de l’enregistrement.

Gojira — Fortitude  

Si on l’écoute encore souvent, c’est probablement bon signe. Du metal progressif, avec encore quelques touches de death et beaucoup de groove. 

Dream Theater – A View from the Top of the World  

Parce que ça prend parfois un peu de douceur dans la vie — on parle ici de metal progressif — et parce que nos amis de New York nous épatent encore une fois avec ce 15e disque.