QUBm - Accueil - Frontpage QUB Musique
BEYRIES: à la rencontre

BEYRIES: à la rencontre

Mélissa Pelletier

15 octobre 2020

7 avril à 20h46

«Encounter», lance doucement BEYRIES quand on lui demande le titre de son deuxième album à venir. «Ironique, en pleine pandémie», admet l'auteure-compositrice-interprète en riant. Et pourtant...

Quel est le moteur de ton nouvel album?

Dernièrement, le thème de la rencontre a été vraiment marquant pour moi. Autant avec l’autre qu’avec moi, Amélie Beyries, l’artiste que je suis tranquillement devenue. C’est si important, puisque je n’ai pas le choix de plonger en moi pour créer. Et comme je n’ai pas recours à des substances illicites pour trouver l’inspiration... je suis confrontée à moi-même et ce n’est pas toujours un exercice agréable! (Rires)

Vois-tu de grands changements entre l’artiste qui a lancé Landing, en 2017, et celle à qui je parle aujourd’hui?

Oh oui, ça n’a rien à voir! (Rires) Je me connais mieux. Par contre, je ne sais pas si je saurai un jour qui je suis à 100 % en tant qu’artiste. Ça évolue! Chaque fois que je collabore avec quelqu’un, une nouvelle facette se révèle. C’est vraiment trippant.

Comment est-ce que ça se traduit dans ta musique?

Pour Encounter, j’avais envie de chansons qui s’ouvrent sur le monde. Je voulais explorer musicalement. J’aimerais présenter des spectacles dans différents pays, avec différentes ambiances. Au Québec, on a une culture particulière qu’on veut protéger, ce qui peut parfois engendrer un réflexe de fermeture. Je le comprends, mais il y a tellement de choses extraordinaires à découvrir! Sortons de nous-mêmes, s’il vous plaît, parce que c’est parfois lourd!

C’est dans la rencontre, justement, que tu sembles t’épanouir...

Absolument! Je crois vraiment que la richesse d’une relation, de la communication, permet de se dépasser. À l’image des rencontres que j’ai faites dans ma vie, Encounter est vraiment éclectique. Je vais ailleurs. L’extrait Over Me, par exemple, est plus rythmé que mes autres chansons. C’est le réalisateur Alex McMahon qui m’a dit: «Go, on y va!» Je travaille aussi avec mon ami d’enfance, Guillaume Chartrain, qui a réussi à préserver toute l’authenticité de ma voix à travers les arrangements. On s’est d’ailleurs aperçu que c’est le fil rouge de l’album!

Un opus que tu résumerais comment, en quelques lignes?

T’es pas fine de me faire ça! (Rires) Mais l’exercice est cool à faire, par contre! L’album est un reflet de différentes réflexions, impressions et émotions. Plus j’avance dans la vie, plus je constate à quel point les perspectives sont exponentielles. J’ai été inspirée par mes expériences et celles de mes proches, mais aussi par ce qui se passe dans le monde en ce moment: la pandémie, le mouvement Black Lives Matter, les lubies de Donald Trump... J’aborde mon désarroi face à la situation humaine, mais aussi l’acceptation de la réalité, qui n’est pas toujours telle qu’on la souhaite, mais à laquelle on doit se plier. Est-ce qu’on se dirige vers la fin ou va-t-on être en mesure de se mobiliser pour changer les choses? La question reste entière. 

Dans les écouteurs de BEYRIES